top of page

L’œuvre de Depardieu, la part du diable

Dernière mise à jour : 7 janv.



En choisissant ce titre, je n’hésite pas à manier sévèrement le paradoxe. Pour celles et ceux qui n’ont pas eu la chance de lire cet excellent roman (1), l’auteur, John Irving, rend hommage aux femmes ! Ce n’est pas le cas de notre acteur national soupçonné de viol. Par ailleurs, il a tenu des propos misogynes et sexualisant, devant une caméra, en semant ainsi le trouble, l’émoi et l’indignation sur notre territoire.


Je ne suis pas un fan de cet acteur, et encore moins de l’individu, mais le dénigrement populaire, l’acharnement médiatique et la déchéance d’une partie de ses titres honorifiques me semblent prématurés. Le soutien, à cor et à cri, du showbiz n’est pas plus crédible, car, si les faits sont avérés, ils deviendront complices. La France est un pays de droit et seul l’appareil judiciaire doit se prononcer.


Pour ma part, je ferai comme d’habitude, je regarderai les films de mon choix sans Depardieu, car j’ai toujours détesté ce Russe blanc. Je m’abstiendrai de le voir étaler ses grossièretés comme dans « les valseuses ». Je ne m’avancerai pas trop en dénonçant ses excès, ses opulences théâtralisées, ses indélicatesses à répétition et son comportement démesuré et gargantuesque.


Qu’il poursuive donc son périple à l’étranger pour trouver refuge. En 2012, il s’est exilé en Belgique afin d’échapper à l’impôt, et a déclenché à l’époque une belle polémique. En janvier 2013, Poutine lui accorde la citoyenneté russe. On croit rêver !


1 - L’œuvre de Dieu, La part du diable - Roman de John Irving publié en 1985

10 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page