Réflexion avant l'élection

Mis à jour : févr. 9

Premier choix : Je ne sais pas encore pour qui je vais voter pour la douzième élection présidentielle (dont 11 au suffrage universel) mais d’ores et déjà, je sais pour qui je ne voterai pas, ce qui est un début. Notre avenir ne dépend que de nous ; prenons notre destin en main en rejetant fermement tous les rigolos, les extrémistes, les insoumis et autres chevaux de retour. Certes, ça réduit considérablement le champ des possibles, mais ça assainit considérablement la perspective.


La participation ; indicateur de la santé de notre démocratie : l'abstention record de 60% aux dernières élections municipales est un signal fort d’une démocratie en souffrance ! La « démagocratie » nous guette ! C’est un nouveau mot, mais c’est une ancienne technique que beaucoup de politiques utilisent. En s’abstenant massivement, les Français risquent de voir arriver au pouvoir les extrémistes. Il est inutile de répéter sans cesse les pénibles et tragiques erreurs et épreuves du passé. Soyons responsables, soyons courageux, soyons sélectifs, soyons logiques, choyons l’intérêt général,


Demandez le programme : la présentation d'un programme politique alléchant et ambitieux n’est pas suffisante pour être un bon président pas plus que la réussite d'un face-à-face télévisé. Même si les spécialistes de la communication préparent bien le candidat à affronter sa campagne électorale, la vraie question à se poser est de savoir si le candidat s'est bien préparé à aborder son mandat ?


Le bon profil : Il ne suffit pas d'avoir une bonne bouille, un beau Brushing, un sourire de Madone, ou faire des phrases pour prétendre à la fonction suprême. Il faut avoir du charisme, une stature, une vraie personnalité, une culture générale du meilleur niveau, du courage politique, une solide expérience de la vie politique, une connaissance parfaite de la géopolitique et être un bon communicateur. Enfin, des qualités humaines exacerbées sont requises avec une grande dose d'empathie, un sens aigu de la psychologie collective et surtout une personne qui aime la France et les Français (et Dieu sait si nous sommes complexes). Certes, c’est la description de l’homme rare, mais pour la France et pour l’Europe, il faut être exigeant, car c’est notre avenir qui en dépend.


La gestion des paradoxes : Pour bien comprendre les Français, il est indispensable de savoir gérer leurs paradoxes :

  • On veut plus d’égalité et on aime bien les privilèges. Le général de Gaulle s’en était ému en écrivant « Tout Français désire bénéficier d'un ou plusieurs privilèges. C'est sa façon d'affirmer sa passion pour l'égalité. »

  • On veut plus de participation dans les décisions et il n’y a jamais eu autant d’abstentions aux élections.

  • On veut plus de sécurité et à la moindre occasion, on agresse les forces de l’ordre

  • On veut améliorer nos conditions de vie, mais on refuse catégoriquement le changement.

  • On veut accélérer la transition climatique, mais rien ne change dans la vie de tous les jours.

  • Antiraciste en théorie et xénophobe dans les faits. Simon Epstein chercheur et universitaire a écrit un livre « le paradoxe français : antiraciste dans la collaboration et antisémite dans la résistance ». Je suis très inquiet, car cette nouvelle pandémie est en train de se répandre. Ça me fait penser aux vers à bois, on ne les voit pas, mais ils s'attaquent au cœur.

  • On veut plus d'énergie verte mais on refuse catégoriquement l'implantation d'éoliennes, de barrages hydrauliques, de centrales nucléaires, etc.

Comment s'exerce la démocratie en France : il y a tout d'abord la constitution de 1958 qui garantit la démocratie représentative. Rappelons aussi que la souveraineté appartient au peuple qui délègue sont pouvoir aux différents élus des territoires, de l'État et de l'Union européenne. Enfin, la séparation des pouvoirs entre l'exécutif et le législatif (Sénat et assemblée nationale) constitue le troisième pied d'escale sur lequel s'érige notre démocratie. Ce qui m'amène à préciser qu'elle ne s'exerce pas dans la rue ni sur les réseaux sociaux et encore moins par les inflenceurs et autres lobbyistes.


Définition de mots croisés en 4 lettres : boîte à surprise ; résultat de la recherche, Urne


Les bons Tweets : Lorsque je parlais de chevaux de retour, je pensais bien entendu à Arnault Montebourg, vous aviez deviné, j'espère. Pour terminer ce billet, je vous propose un petit Tweet des familles dont je raffole de l’excellent François Cherix « Les analystes qui voient Arnaud Montebourg s’élever dans le ciel de gauche sont pareils aux enfants qui admirent une bulle de savon, dont le destin est d’éclater au premier souffle. Même le soutien médiatique le plus militant ne pourra transformer une anecdote en épopée ».

L’art du Tweet, c’est de concentrer sa pensée dans un nombre restreint de caractères (140) avec le sens de la formule ; voilà qui est fait !


Mis à jour le 9 février 2021



9 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Outils utilisés : Éditeur Wix - Design Canva - Photos libres de droit Pixabay - Création citation et humour de la semaine : Yves Massot ©

Pour la veille, Wikipédia et Google Alerts - Pour les textes, les synonymes  Synonymo.fr - les conjugaisons, le Bescherelle.