Un éléphant ça trump énormément !

Mis à jour : nov. 17

Je ne résiste pas au plaisir de retranscrire l'excellent post de mon Ami Franck LAUGIER.

Je l'ai trouvé tellement pertinent que je ne résiste pas à le copier/coller sur mon blog (avec la permission de l'auteur, bien entendu).

La démondialisation, la sortie du libre échange et le protectionisme Européen prôné par Arnault Montebourg ne sont plus vraiment d'actualité. Par contre, la mondialisation de la politique est un fait certain et les différents courants qui la composent font des émules. Franck Laurier nous alerte sur les dérives possibles vers un anti-système !


And the winner is...

Quoi qu’il arrive, quel que soit le résultat quand la Pennsylvanie voudra bien se réveiller pour décompter les votes, même si Biden est le prochain Président des États-Unis, et aussi baroque que soit à nos yeux ce mode d’élection américaine profondément antidémocratique, Trump apparaîtra comme celui qui donne le la. Aux États-Unis et ailleurs.

Les électeurs américains sont globalement répartis en deux camps : les côtes, les grandes villes, leurs élites, universitaires, cultivées et... les autres même si une large part de l’électorat très populaire a voté Biden par réflexe de caste. Le gros des troupes, plus ou moins « redneck » qui représente la mentalité « petit blanc », et comme par hasard il manque à cette heure les états du Midwest qui les incarnent au mieux, a voté pour un Trump dont ce que nous nommons errements ou inepties leur est parfaitement étranger, voire leur plait.

Ils se moquent totalement de la grossièreté, du mépris pour les institutions, du simplisme hystérique de Trump. Face à un Biden âgé, contesté par une bonne part de son électorat, qui n’avait guère d’autre programme que renvoyer Trump golfer en Floride, l’actuel président apparaît plus volontaire et sa capacité à faire le show, sans se poser de question, plaît aux électeurs.

Des messages caricaturaux, faciles, à la justesse approximative voire carrément mensongers, ne font pas peur à une bonne part de l’électorat. Au contraire, ils plaisent parce qu’ils sont simples et compréhensibles et relayés par des réseaux supposément sociaux qui ont échappé à toute raison depuis un bon moment, cf. les délirants QAnon qui vivent dans leur délire de complot pédosataniste anti-Trump, soutenus par Trump, sans évoquer les autres insurrectionnels divers.

Alors bien sûr, par la formation, par l’éducation on peut remédier à cela pour les générations à venir. Mais il ne faut pas rêver : pour l’heure et pour un moment, plus c’est simple, plus ça marche.

Dans le monde, Donald Trump, Boris Johnson, Viktor Orbán, Matteo Salvini, Jair Bolsonaro, Benjamin Netanyahu, Recep Tayyip Erdogan ou Andrzej Duda donnent donc le ton. Sans parler de l’AfD qui rôde en Allemagne, VOX en Espagne, etc. Et la crise sanitaire et économique ne va pas stopper le mouvement.

Dans notre bon pays de France, selon une très sérieuse étude présentée la semaine dernière, 79% des électeurs français envisagent un vote anti-système aux prochaines présidentielles. Faut-il développer ?

Il est plus que temps de rétablir une parole et une action claires, perceptibles et compréhensibles de chacun. Sinon, on sait ce qui nous attend. On ne pourra pas dire qu’on n’a pas vu venir le coup.



4 vues

Outils utilisés : Éditeur Wix - Design Canva - Photos libres de droit Pixabay - Création citation et humour de la semaine : Yves Massot ©

Pour la veille, Wikipédia et Google Alerts - Pour les textes, les synonymes  Synonymo.fr - les conjugaisons, le Bescherelle.